© Château de la Grange - Vue drone | STEPHANE THEVENIN

Le Château de la Grange

joyau du territoire

Du haut Moyen Âge à la fin du XVII ème siècle, la Grange est passée, par le jeu de mariages et d’héritages, dans différentes familles luxembourgeoises, sans jamais être vendue. Ce sont les descendants directs du Marquis de Fouquet qui sont encore, aujourd’hui, propriétaires de Lagrange.

La maison recèle de trésors, des meubles d’origine aux tapisseries classées, en passant par les tableaux de maîtres exposés dans des salons d’exception.

Du Moyen-Âge

au XVIIIème siècle

Les premières mentions connues du monument, évoquent un château fort. Son premier seigneur de la Grange, Wilhelm zu Scheuern y vivait en 1106.
Peu de vestiges de ce bâtiment ont subsisté mais vous pouvez encore déambuler dans l’authentique cuisine médiévale.
La demeure actuelle du XVIIIème siècle a ainsi été bâtie sur les fondations de ce château fort.

Dans les pas

de Reinette

Qui n’a pas rêvé de marcher dans les pas des héros du 18ème siècle ? Au château de la Grange, vous pouvez suivre la petite Louise Reine, héroïne en son château. Son salon bleu, son salon rouge. Qu’elle y a couru dans ces escaliers de marbre. Combien de fois s’est-elle cachée derrière ces lourdes draperies ?

Mais sa pièce préférée reste la bibliothèque. Ces murs rouge sang, ses milliers de livres parfaitement alignés. Cette cheminée monumentale où trônent les insignes familiaux. Au loin, elle entend le doux son de la harpe qui résonne depuis le salon bleu. Les délicieuses odeurs de la cuisine chatouillent ses narines. Ça s’active là-bas. Elle adorait voir cuire les grosses marmites dans l’énorme conduit de cheminée.

Un château

Neuf générations

Loin d’être un musée, c’est avant tout une demeure familiale, encore habitée. Un lieu qui a su conserver son âme, indissociable des habitants qui y vécurent et où chaque objet est imprégné d’histoire.

Au salon bleu, dans son cadre de bois, immortalisée par le pinceau de la peintre officielle de la reine Marie-Antoinette, Marie Louise Reine de Fouquet, Marquise de Fouquet couve les visiteurs d’un regard bienveillant. C’est elle qui marque le début de cette saga familiale.

Sur notre passage, d’autres portraits d’hommes et de femmes nous observent. Ils doivent en avoir des choses à nous raconter ! S’animent-ils la nuit pour discuter des potins du jour ? Tous ont contribué à forger l’histoire du domaine.

Se balader au coeur

du jardin contemporain

2009 marque l’inauguration du Jardin des Prairiales, imaginé par Frank Neu et intégré au réseau “Jardins sans limites”.
Un conseil, ouvrez bien les yeux quand vous vous y baladez. Vous risquez d’y faire la rencontre de drôles d’animaux.

Prendre un bain de nature

Lieu de tournage

et cadre de travail

Le 7ème art s’empare également des lieux. Les salons avec leur mobilier d’époque, la librairie, les chambres, la cuisine… Tout est resté dans son jus. De quoi mieux comprendre pourquoi cet endroit fait un décor prisé pour les tournages de cinéma. Demi Moore, Emmanuelle Béart, Jonathan Rhys-Meyers ou plus récemment Elle Fanning sont venus y donner la réplique.

Désormais, c’est au monde de l’entreprise que le domaine ouvre ses portes. Grâce aux récents travaux de réfection des salons, le château peut servir d’écrin pour les séminaires, sessions de formations, réunions de travail ou tout autre événement professionnel.

La formule de location est à la carte avec une capacité d’accueil pouvant aller jusqu’à 100 personnes. Valérie, en véritable couteau suisse de l’organisation, se charge de régler tous les détails. Si vous cherchez un cadre original et atypique, n’hésitez pas à l’appeler !

Organisez votre visite