© Fontoy | Dominique Steinmetz
Les 6 communes du plateau

Les trésors cachés des communes du plateau

L’équipe de Pays Thionvillois Tourisme vous ouvre son livre d’histoire et vous dévoile les trésors insoupçonnés des six communes du plateau de l’agglomération Portes de France – Thionville.  Découvertes garanties !

Angevillers

Au cœur de la forêt d’Angevillers se trouve un bâtiment inachevé. Appelé le Bunker d’Hitler il aurait dû être le centre de commandement du Führer. L’arrivée des Alliés ne lui a jamais permis de s’y installer.

La particularité d’Angevillers réside aussi dans le fait qu’il existe deux églisescôte à côte. Dès 1360, un document signale l’existence d’une petite chapelle entourée d’un cimetière. Dans les années 1930, l’édifice ne peut plus contenir les fidèles, dont le nombre s’est accru. Un agrandissement étant impossible, la nouvelle église est construite à côté.

Fontoy

L’occupation humaine actuelle de Fontoy témoigne de son histoire. La famille de Fontoy apparait dès le XIIIème siècle et loge dans le château construit sur une butte, permettant de dominer tout le village. Celui-ci se développe tout autour du château dont il ne subsiste aujourd’hui qu’une tour et quelques éléments de murs.

Rénové, le vieux lavoir de Fontoy, aux sources de la Fensch, présente aujourd’hui des pages d’histoire du bourg. Situé au cœur du vieux village, la Maison de l’information expose des vestiges de la nécropole mérovingienne, découverte en 1990.

Havange

À l’origine, le hameau de Gondrange, situé à Havange, était constitué d’une seule ferme dont la partie logis a été construite en 1842, suivie de la grange. Au XXème siècle, d’autres granges et bâtiments annexes ont été ajoutés. En 1817, un autel gallo-romain, dit des sept divinités est découvert dans une chapelle gothique abandonnée. Il est, aujourd’hui, conservé au musée de la Cour d’Or à Metz et une réplique est exposée au musée de Saint-Germain-en-Laye.

M’y Rendre

Lommerange

En 2008 est découvert à Lommerange une pièce rare : un fragment de tronc d’arbre taillé dans la masse ou sarcophage monoxyle, datant de l’époque carolingienne.

Après une lourde restauration nécessaire à ce bois conservé dans un milieu humide et remis à l’air libre, l’objet est déposé au musée de la Tour aux Puces. Il devient alors l’un des témoignages marquant de l’activité humaine présente en Pays Thionvillois aux IXème et Xème siècles.

Tressange

Deux mines sont en activité sur Tressange dont la mine Ferdinand. Dernier bastion de fer de la Lorraine, elle possède le puits le plus moderne de la région mais ferme ses portes en 1990. Menacée d’affaissement minier, les friches sont réhabilitées et proposent maintenant une restructuration paysagère où wagonnets, stèles et anciennes entrées de mines rappellent l’activité industrielle de la ville.

Au village de Bure, arrêtez-vous devant sa fontaine-lavoir. Selon la légende, en réponse à la prière des habitants dépourvus d’eau, la Vierge aurait fait miraculeusement jaillir une source au centre de Bure.

Créé pour le transit des soldats affectés à la ligne Maginot, l’ancien casernement de Ludelange a servi de camp de travail durant l’Occupation. Il en subsiste juste un portail et des morceaux de mur.

Rochonvillers

Considéré comme prioritaire et expérimental, le gros-ouvrage de Rochonvillers est construit en 1929 et opérationnel en 1932.

Organisé en deux unités, la vie et le combat, il est entouré du casernement, d’une usine électrique et du stock de munitions. Le bloc 5 est le plus grand bloc d’artillerie sous casemate du Nord-Est de la France.

M’y rendre La Ligne Maginot