© Interieur Beffroi - Thionville | STEPHANE THEVENIN
Prendre de la hauteur au Beffroi

Le Beffroi

Planté au milieu du centre-ville de Thionville, sa girouette dorée étincelle. On ne peut pas le manquer. On ne voit que lui. Il fait partie des curiosités immanquables de la ville et sa présence fait figure d’exception dans l’Est de la France. Il s’agit du beffroi.

L’institution

de la place Anne-Grommerch

Triomphal, il rappelle les libertés communales octroyées par le Comte Henri de Luxembourg au XIIIème siècle.
Tour de guet, bâtiment annexe de l’hôtel de ville, hôpital pour les pauvres, ce géant tout de jaune vêtu, est l’un des symboles de la ville.

Découvrir

ses atouts

Construit au XIVème siècle, il abrite en son sein la Grosse Suzanne, cloche de 2 tonnes dont les plus chanceux, seulement, peuvent en apercevoir les formes généreuses. Les salles du beffroi sont ouvertes dans le cadre de manifestations.

La grosse Suzanne

Une histoire de cloche

Elle est énorme ! Ses 2 tonnes sont impressionnantes. Malgré son poids gigantesque, elle est d’une finesse rare. Comme toutes ses compatriotes de fortune, elle n’est plus le modèle original. Fondue en 1619, elle est refondue en 1844 en raison de fentes qui rendaient son son peu perceptible. Si elle ne sonne plus aujourd’hui, 2 tonnes ça s’entretient, on ne peut pas prendre le risque de fissurer le beffroi, elle reste l’un des symboles cachés de son hôte.

Au dessus de celle qu’on appelle aussi, la cloche des bourgeois, on distingue 3 petites cloches. Elles viennent peut-être des congrégations religieuses. La plus ancienne sonne les heures et date de 1656. Elle porte un Christ en croix. La seconde, la plus petite date de 1689 et provenait d’une tour située sur le rempart de la ville. La troisième sonne les demis et les quarts d’heure. Elle date de 1746 et venait probablement du couvent des Augustins.

Organisez votre visite